Le Boulevard périphérique Nord de Lyon et l’Anneau des Sciences – Emmanuel Hamelin

Monsieur le Président, chers collègues,

J’interviens au nom de l’intergroupe formé comme vous le savez par Agir, Avenir métropole et Métropole et territoires, pour vous parler de l’anneau des sciences.

A de nombreuses reprises, nous nous sommes exprimés sur ce sujet, où une grande majorité d’entre nous défendait la nécessité de boucler notre périphérique, afin de fluidifier les déplacements tout en prenant en compte les nouveaux modes de transport. Bien sûr, il y avait quelques divergences, mais jamais sur le fond.

Aujourd’hui, malheureusement, la logique électorale semble avoir pris le pas sur l’intérêt général, et les positions changent, alors que les problématiques environnementales et économiques exigent des réponses rapides.

Mes chers collègues, vous le savez, la crise sociale qui traverse notre Pays, trouve ses causes en partie sur l’évolution de nos zones urbaines qui concentrent l’essentiel des emplois, alors que le coût de la vie et des logements poussent les habitants à habiter toujours plus loin de leurs lieux de travail.

Le résultat est qu’en 10 ans, 350.000 personnes de plus travaillent sur la Métropole, alors que celle-ci n’a augmenté sa population que de 170.000 personnes.

Ces personnes parcourent des distances domicile – travail très importante, beaucoup avec leurs voitures. Et s’ils ne prennent pas le train ou les transports en commun, c’est qu’ils sont saturés, que les capacités en infrastructures ne permettent pas d’en mettre plus, et qu’il n’y a pas assez de parcs relais à l’entrée de la Métropole.

Voila pourquoi les autoroutes qui entrent dans notre métropole sont saturés par les 250.000 voitures qui entrent chaque jour sur notre territoire, et ceux qui y travaillent n’ont, pour la grande majorité d’entre eux, pas d’autre choix que la voiture.

Si la pression automobile a fortement baissé sur Lyon ou Villeurbanne, et les chiffres en termes de pollution et de CO2 comme nous l’avons vu lors de notre dernière commission générale, elle a peu évolué au-delà du périphérique. Il est donc nécessaire de trouver des solutions dès l’entrée de la Métropole, l’anneau des sciences, avec le développement des investissements pour les transports en commun et les modes doux en fait partie.

J’entends les arguments des opposants à l’anneau des sciences. A peu de chose près, ce sont les mêmes que l’on entendait lors du débat sur TEO il y a plus de 20 ans.

Aujourd’hui, qui peut dire que cette partie du contournement de Lyon n’a pas eu d’effet sur le développement économique, sur la réduction des bouchons dans Lyon et la baisse évidente de la pollution?

Peut-on légitimement penser que le développement du quartier de l’industrie aurait pu se faire sans TEO? Faut-il vous rappeler les désagréments en termes de pollution et de durée de déplacement quand des travaux ou un accident nécessitent la fermeture de ce contournement?

Qui aujourd’hui peut dire que TEO est mauvais pour l’environnement, que c’est une autoroute en plus, qu’il augmente les flux de voiture ou qu’il ne règle pas les problèmes de mobilité sur cette partie du territoire ?

Refuser l’anneau des sciences ou le freiner est un combat d’un autre temps, c’est une posture qui pénalisera durablement notre agglomération en termes d’environnement, de développement économique et de qualité de vie.

Faire le déclassement de l’autoroute A6-A7, sans solution de rechange pour les 100.000 véhicules qui l’empruntent chaque jour, c’est comme planter un arbre au pied des grands fourneaux… Si on est pour le déclassement de l’autoroute A6-A7 et son remplacement par un boulevard urbain végétalisé, apaisé et ouvert aux modes doux, on ne peut être que favorable à l’anneau des sciences.

Alors bien sûr, le bouclage du contournement à lui seul ne règlera pas tous les problèmes, il doit s’inscrire dans une politique globale des mobilités qui intègre le développement des transports en commun, bus et métro, le développement des mode doux, co-voiturage, auto partage vélos, et des infrastructures, comme les parkings relais.

C’est cette vision globale des mobilités que nous portons pour notre Métropole. 

Ce projet d’anneau des sciences, ambitieux pour la mobilité de tous les habitants de la métropole, y compris les plus excentrés, revient à développer une Métropole équilibrée, qui facilitera les déplacements des habitants du sud et de l’ouest de la métropole, qui favorisera l’utilisation des transports collectifs, qui favorisera la réduction du trafic et des embouteillages. C’est d’ailleurs pour ces raisons que la quasi-totalité des maires des communes concernées sont favorables à ce projet.

Il nous faut un équilibre au sein de notre Métropole en terme de transport et de mobilité, il faut organiser et mettre en place le bon mode de transport au bon endroit, pour le bon usage, le tout devant être compatible avec nos ressources.

L’AdS incarne cet équilibre, car il s’agit d’un mix d’ensemble qui permettra entre autre :

  • Une baisse de 50% du trafic sur l’agglomération et donc une disparition des pics de pollution dûs au trafic routier
  • Mais aussi des temps de parcours améliorés pour ceux qui vont travailler
  • Enfin, une amélioration du cadre de vie par une requalification d’espaces publics, en particulier A6/A7 mais également dans les communes périphériques

Vous l’aurez compris, notre intergroupe soutiendra avec détermination le projet d’AdS.

Je vous remercie. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s