Ruissellement pluvial – Jean-Jacques sellès

Monsieur le Président, Chers collègues,

La Métropole de Lyon mène depuis plusieurs années un travail conséquent pour associer la prise en compte du changement climatique et la place de la nature, de l’arbre, de l’eau, sur son territoire. Elle travaille à la désimperméabilisation des espaces urbains et au stockage de l’eau de pluie dans les espaces verts. Elle restaure avec ses partenaires les cours d’eau, les berges, les mares et les zones humides :

• Ces derniers sont non seulement des espaces accueillants pour la faune et la flore, donc une vraie richesse en termes de maintien de la biodiversité et de la qualité paysagère de nos territoires

• Mais aussi de véritables « éponges » lors des fortes pluies ou des crues…. Pour contrecarrer les coulées de boue, qui peuvent avoir lieu dans ces circonstances, emportant avec elles des particules de terrain si ceux-si sont « nus », c’est-à-dire sans arbres, sans système racinaire. Ces coulées de boue viennent ensuite se déverser sur les voiries, provoquant des dégâts importants.

En témoignent les récents événements, survenus notamment sur les communes de Décines et Genay, en juin 2018. Événements néfastes, mais qui ont eu l’avantage de renforcer les collaborations entre élus, services de la Métropole et agriculteurs.

L’objectif étant de maîtriser le ruissellement pluvial grâce au développe-ment de tout un arsenal comme par exemple : – le recours au semis direct, – l’implantation de bandes enherbées, – le maintien d’un couvert végétal sur des parcelles…) En somme, la lutte contre l’érosion n’est pas qu’un sujet technique. Elle s’inscrit dans un contexte global de préservation et de valorisation de notre patrimoine naturel. Ainsi que dans des logiques de maintien de la sécurité de nos citoyens.

Il est nécessaire de poursuivre le dispositif et nos efforts pour la préservation de nos terres agricoles et de nos villes.

Le 21 mars 2016, le conseil métropolitain a approuvé le projet agro-environnemental et climatique (PAEC) de l’agglomération lyonnaise pour la période 2016-2022. Le chemin parcouru depuis se traduit par les 90 hectares de surfaces qui ont été remises en herbe sur le territoire du PAEC depuis sa constitution.

Ceci grâce notamment aux dispositifs de contractualisation, aux mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) qui ont été engagées. Il s’agit de poursuivre ce chemin, en continuant d’impliquer :

• Les collectivités,

• La chambre d’agriculture,

• Les agriculteurs directement.

Ainsi, notre intergroupe votera favorablement le rapport concernant le dispositif de lutte contre l’érosion et le soutien apporté aux agriculteurs touchés. Je vous remercie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s