Débat sur le Nœud ferroviaire lyonnais

Monsieur le Président, chers collègues,

La contribution de la Métropole de Lyon pour le débat public relatif aux aménagements de long terme du nœud ferroviaire lyonnais (NFL) soutient un développement solidaire et durable de notre territoire grâce à ce projet.

Avant de parler d’avenir, il parait nécessaire de faire le constat de la situation actuelle :

– En 2019, la Métropole de Lyon représente 1,4 millions et d’ici 2030 nous serons 1, 6 millions (INSEE).

– L’étoile ferroviaire lyonnaise construite au 19ème siècle comporte actuellement 35 gares traversées par 1200 trains chaque jour avec, au cœur de l’agglomération, la gare part-dieu, 1ère gare nationale de correspondance. Initialement construite pour 35 000 voyageurs, elle en accueille aujourd’hui 120 000 et se rapprochera à long terme des 250 000 voyageurs par jour. Aujourd’hui plus de 80% de la population de l’aire métropolitaine lyonnaise habite à moins de 5km d’une gare.

En 2015, nous avions déjà plus de 370 000 emplois accessibles en moins de 15 minutes depuis la gare Part-Dieu et ce chiffre est amené à fortement augmenter demain. Cela signifie également que le réseau SNCF devra être amené à renforcer considérablement l’offre de trains en lien avec la fréquentation croissante de la gare.

– Le développement urbain s’opère de plus en plus en 3ème couronne et au-delà, ce qui représente une augmentation des déplacements domicile-travail pour leur grande majorité effectués actuellement en voiture. La part modale du transport ferroviaire dans les flux domicile- travail a également augmenté ces dernières années en raison de déplacements plus longs.

– La fréquentation des transports en commun sur notre agglomération connaît quant à elle une hausse considérable de +5% en 2018, soit le double des fréquentations antérieures.

En résumé, nous sommes de plus en plus nombreux à vivre et travailler dans l’agglomération lyonnaise avec une part grandissante des ménages qui habitent en périphéries, lesquels ont besoin de rejoindre la Métropole.

Ce constat permet d’identifier les difficultés qui pourront demain ralentir la dynamique du territoire:

– Des infrastructures dépassées avec certaines gares surexploitées au-delà de leur capacité et d’autres sous-exploitées.

– Un service ferroviaire de fiabilité médiocre avec des retards qui s’accumulent tous les jours et des usagers mécontents.

– Des déplacements en voiture importants qui engendrent une augmentation de la pollution.

==> Ainsi l’étoile ferroviaire est devenue un nœud qui compromet le développement solidaire et durable de notre Métropole.

La solution réside dans une politique de mobilité ambitieuse avec un réseau structuré et multimodal, respectueux des objectifs environnementaux et économiques que nous nous sommes fixés pour répondre aux besoins de déplacements des habitants, employés et visiteurs de ce territoire.

– L’objectif ambitieux du PDU de baisser de 300 000 déplacements quotidiens en voiture à l’horizon 2030 est impossible si nous ne faisons pas l’effort de renforcer la robustesse du réseau quotidien pour sauver nos gares.

– Répondre à l’accroissement durable de la demande de déplacements passe par la valorisation de nos gares pour assurer les transports du quotidien dans le cadre d’un RER maillé et efficace. D’ailleurs, ce réseau express métropolitain, imaginé dès 1997 dans le cadre du schéma global des transports structurants de l’agglomération et retranscrit dans le SCOT, est passé d’une vision d’infrastructures partagées à celle d’infrastructures connectées.

– Le Sytral œuvre, par ailleurs, activement en renforçant la toile du réseau de transport urbain structurant, au fil des investissements de ses plans de mandat avec une offre fortement renforcée et une stratégie sans précédent de renouvellement de rames de métro et tramway. Ce maillage facilite les interconnexions avec le réseau ferroviaire, comme avec les gares d’Oullins, de Jean Macé, de Vaise ou de Vénissieux.

– Le renforcement du réseau, et donc de l’offre, en particulier à Perrache et à Part-Dieu permettra de doubler la desserte des 35 gares de l’agglomération avec un cadencement au ¼ d’heure.

– En ce qui concerne plus précisément le hub central de la Part-Dieu et le tracé souterrain privilégié par la Métropole, la comparaison ou du moins la proposition d’alternative avec la gare TGV Saint-Exupéry est dénuée de sens. Cette gare, aujourd’hui fréquentée par 6000 voyageurspar jour, n’a pas du tout les mêmes objectifs que la gare Part-Dieu en termes de fréquentation et de proximité de pôles d’emploi.

Aujourd’hui, c’est plus de 370 000 emplois qui sont accessibles en moins de 15 minutes depuis la gare Part-Dieu. De plus, le développement de la gare de Saint-Exupéry se heurte à plusieurs contraintes, notamment à la présence de terres agricoles et naturelles à proximité qu’il faut préserver et au développement démographique limité des communes environnantes.

Ce projet de 4 milliards € représente le budget d’investissement de la Métropole sur un mandat et celle du Sytral sur trois, mais au final au regard des enjeux décisifs qu’il représente pour le développement de notre agglomération. On ne peut que regretter l’horizon à 2040 difficilement acceptable au regard de l’accélération de la dynamique de notre territoire.

Comme le souligne la contribution de la Métropole, les aménagements long terme du NFL sont ainsi nécessaires pour, notamment :

– Accompagner et faire évoluer les comportements de mobilité (plus de trains et moins de voitures!), comme dans le Val de Saône avec le projet réactivé de bus à haut niveau de service pour desservir Trévoux- Sathonay-Lyon.

– Permettre la diminution des émissions de gaz à effet de serre. En effetle renforcement de l’offre ferroviaire, c’est faire le choix d’une mobilité sobre et décarbonée, à l’image du choix du Sytral de n’acheter que des bus propres (électriques, à hydrogène ou au gaz naturel)

– Améliorer le cadre de vie de nos habitants et l’attractivité de toute la région, puisque nous sommes au carrefour de corridors européens, et un vrai moteur du développement économique de la région

– Booster le développement et l’imbrication des pôles industriels, d’activités et tertiaires majeurs avec une connexion directe à ces sites depuis le cœur de l’agglomération lyonnaise.

En conclusion, vous comprendrez que la réalisation de ce projet est indispensable au développement solidaire et durable de notre territoire.

Ce projet doit se réaliser pleinement et non partiellement, sous peine de voir un grand nombre de liaisons nationales et européennes se développer en dehors de la Métropole. Un territoire déconnecté du réseau international et dépourvu de moyens de modernisation de ses transports du quotidien est un réseau amené à fortement se dégrader et à conduire à l’asphyxie de ses territoires.

Le groupe Avenir Métropole votera favorablement.

Je vous remercie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s